Notre entrée en Californie !

C’est sous un soleil brûlant que nous sommes entrés en Californie.  Nous avons suivi Death Valley Road, ce chemin que j’avais si souvent vu dans les magazines. Un chemin au milieu de nulle part, une route qui semble infini et s’en va se perdre dans la montagne. Le genre d’endroit qui émeut mais qui en même temps inquiète. Je regarde l’aiguille d’essence et je me rassure. On roule sans savoir où on s’en va, la climatisation dans le tapis.

Death Valley Road

Glissage sur le sable à Dumont Dunes

 

 

 

 

 

 

 

Tout à coup, au loin, on voit des dunes de sable doré. Comme dans le Sahara ! Et on voit une pancarte annonçant les Dumont Dunes ! Il n’en faut pas plus pour qu’on change de direction, le temps d’aller voir de quoi il en retourne. Après un chemin cahoteux, on arrive enfin ! C’est hallucinant ! Le paysage est à couper le souffle ! On sort les planches et on arpente les dunes. Si on n’a pas eu de neige de l’année, on va au moins profiter du sable pour y glisser !  Il fait si chaud que malgré le vent, on meurt de chaleur. On a l’impression de frire sur place, qu’on respire l’air d’un séchoir à cheveux. Le sable nous pince la peau et on se déshydrate rapidement. On retourne au motorisé et on reprend la route. C’est le temps d’une pause climatisation !

Visite de Maggie’s Mine

 

On se dirige vers Calico, la destination que Raphaëlle a choisi : une ville fantôme qui a été abandonnée en 1905 et qui a connue ses belles année durant la ruée vers l’or mais dans ce cas-ci c’était des gisements d’argent. Il y a un camping, le Calico Park, juste à côté offrant tous les services (mais les douches sont payantes – on peut comprendre puisque l’eau n’est pas en abondance dans ces coins reculés). On est dans le désert, entouré de montagnes. On s’arrête pour la nuit. On veille au feu. On a l’impression qu’on vit ce que les premiers aventuriers ont vécus à leur arrivée dans ses contrées hostiles. Le paysage environnant inspire les meilleurs western spaghetti, surtout avec les coyotes qui hurlent au loin.

Cimetière de Calico

Le lendemain, c’est la journée de Raphie qui commence! Le matin est frais mais on sent que la chaleur va s’installer très bientôt. Le soleil est de la partie et on attaque la visite de cette ville abandonnée. Comme il n’est que 9h, les touristes sont peu nombreux. On a l’impression de revenir aux belles années du silver fever. Tous les immeubles sont d’origines, remis en état et ont gardé le cachet de l’époque. Seule l’école a été reconstruite après qu’elle ait été détruite par le feu. On a pu faire un petit tour de train d’une durée de quinze minutes qui nous fait voir les gisements (authentiques !) qui ont été fouillé par les aventuriés il y a plus de cent ans. On nous a présenté la ville et raconté plusieurs anecdotes. En sortant, on a poursuivi avec la visite de Maggie’s Mine qui a été nommé en l’honneur de la mère des frères John et Maurice Mulcahy. D’ailleurs, ces deux frères ont découvert un gisement d’argent, le Glory Hole dont ils ont pu en extraire pour 65 000 $ de minerais.

 

Prospecteurs des temps modernes !

Hyena House Hotel !

 

 

 

 

 

 

 

Mentionnons que nous avons vu le Hyena House Hotel  tenu par un certain Adam Harpold et mise sur pied en 1881. À l’époque, la ville était isolée de toute communication, seules les diligences s’y rendaient. Aussi le ravitaillement n’était que pour le nécessaire de la vie courante; les outils et les matériaux ne sont arrivés que plus tard avec l’arrivée du train. Les gens se débrouillait avec le bois des barils et des boîtes dans lesquels étaient livrés les marchandises. Ils vivaient dans des tentes ou à même les cavités d’un rocher. Donc notre bonhomme a eu l’idée de crée un hôtel à 4 étages à même les cavités d’un gros rocher et d’en fermer l’ouverture avec des portes fabriquées à partir du bois des barils. Il attendait les voyageurs à l’arrivée de la diligence pour offrir un transport gratuit vers son l’hôtel ! J’aurais aimé voir la tête des gens en arrivant au Hyena Hotel!

Resto à Calico

Intérieur de la maison de Lucy Lane

 

 

 

 

 

 

 

On a visité le Mystery Shack qui est très drôle. Notre guide avait la tête de l’emploi, celui d’un prospecteur ! C’est sur l’histoire fictive d’un homme qui a été amputé à la jambe lors d’un accident à la mine et qui devait maintenant se tenir en angle de 45 degrés à cause de sa jambe trop courte qu’il a décidé de construire une maison pour ses propres besoins et rétablir l’équilibre de son petit monde : c’est-à-dire une maison où tout est croche. C’est vraiment bizarre. Le plancher est en angle, on se tient en angle. Ça donne presque le tournis !

Ça tient tout seul au Mystery Shack !

Petit saut dans le kiosque du prospecteur où on nous offre de découvrir des pépites d’or (dans ce cas-ci de la pyrite communément appellé l’or des fous) dans des grands bacs de bois remplis d’eau et de sable. On a terminé notre journée par la visite du cimetière. Malheureusement, beaucoup de tombes se sont pas identifiées ou les inscriptions sur les pierres tombales en bois sont complètement effacées. Toutefois une inscription très poétique m’a particulièrement marqué, ça se lisait comme suit : Tumbleweed is gone, lay me down on the hillside at Calico, where the desert winds sweep by, where in row upon row of little brown tent, my former companions lie with

Réplique de l’école reconstruite en 1951 à son emplacement d’origine

only the sands for a  blanket instead of flower strewn, sod my body shall rest from its labors when my spirit has gone out to God, tramped these hills in the sunshine on the desert I’d live and die, let me rest on the hillside at Calico where the desert winds sweep by. Tumbleweeb Harris 1906-1979.

C’est sur cette note, au soleil couchant qu’on reprend la route, le coeur heureux et la tête pleine d’images. Salut Calico et merci pour cette belle incursion au pays des chercheurs d’argent !

À bientôt !

Anne-Marie

 

9 Comments

  1. Linda sur juillet 7, 2018 à 11:16

    Yeah! Another successful destination checked off! Sounds like everyone enjoyed this ghost town excursion. I can’t wait to see where you visit next.
    Happy traveling!
    Love and sunshine,
    Linda

    • Anne-Marie Côté sur juillet 8, 2018 à 3:05

      We had a blast in Calico, it was so much fun ! The next destination that needs to be checked is Mount Shasta and a ranch in Montana. For now, we are in San Fran 😉 watching the sunrise while drinking coffee ! Sending love and happiness !

  2. Normande sur juillet 7, 2018 à 11:25

    Une autre très belle page d’histoire que tu viens de nous faire vivre chère Anne-Marie. Un gros merci encore de nous partager ainsi vos découvertes et vos bons moments. C’est toujours un grand plaisir ! Merci ! Merci ! Merci !
    Normande 😍😉❤️

    • Anne-Marie Côté sur juillet 8, 2018 à 3:10

      On ne croyait pas rester aussi longtemps en Californie, mais j’avoue que c’est vraiment cool ici – mauvais jeu de mot puisqu’on y meurt de chaleur 😉 Les paysages, les fruits (on a acheté des pêches et des prunes directement de la ferme, un vrai péché !), la culture, c’est vraiment un endroit incroyable. On a hâte de vous voir ! À très bientôt ! xxx

  3. Sylvie Pierrôt sur juillet 8, 2018 à 12:32

    Je me demande bien comme Ralphaëlle a fait pour choisir cet endroit qu’est Calico qui est somme toute inusité! Merci pour cette visite et toutes ces informations! Si jamais on passe par là…cependant, faudra y aller quand il fait moins chaud! Le séchoir à cheveu dans la face, pas tellement ma tasse de thé!

    • Anne-Marie Côté sur juillet 8, 2018 à 3:21

      L’histoire de cette destination est bien amusante. Au mois de mai l’an passé, Romy a eu un exposé oral à préparer : son voyage de rêve. Elle devait choisir des destinations et établir un certain itinéraire des endroits qu’elle voulait visiter. On a fouiller un peu le net et on a trouvé cette ville fantôme. Une fois qu’on a terminé le travail ensemble, elle m’a demandé si un jour on irait… J’ai bafouillé que oui, peut-être un jour (on était loin de penser à faire ce voyage à ce moment-là). Un an plus tard, on y était toute la famille ensemble ! Quand on a demandé aux enfants de se choisir une destination, Raphaëlle s’est inspiré du travail de sa soeur et Romy a choisi son ranch dans le Montana.
      Pour la chaleur, c’est pas le meilleur temps pour y aller. On voulait passer par Death Valley mais c’était déjà trop tard dans la saison, on serait « mort » là ! 😉

      • Sylvie Pierrôt sur juillet 8, 2018 à 7:19

        J’adore cette histoire! Death Valley, j’ai entendu dire qu’il fallait y aller l’hiver. Vous avez bien de rester en vie!

  4. France Bricault sur juillet 11, 2018 à 2:06

    Merci de me rappeler de beaux souvenirs de la Californie. Nous y sommes allés à Death Valley avec Normande et Roch au mois d’avril et déjà nous avons failli mourir de chaleur alors j’imagine très bien ce que vous pouviez ressentir au mois de juillet OUFFFFFFF ! Je ne commente pas toujours vos récits, mais j’aime vraiment vous lire toute la famille, vous êtes inspirants 😉 Bonne fin de voyage 😉

    • Anne-Marie Côté sur juillet 11, 2018 à 5:26

      On a un petit décalage entre les articles et les endroits où on est actuellement. La production ne suit pas toujours le rythme et le wifi n’est pas toujours bon. AU moment des ces péripéties, nous étions à la fin mai. Déjà à ce moment, la chaleur était suffocante. On est présentement à Willow, CA et il fait 39 degrés à tous les jours. On a hâte à un peu de fraicheur !Merci d’être des nôtres ! À bientôt ! 🙂

Laissez un commentaire