Nouvelle adresse

La vie est toujours pleine de surprise. Elle a son plan et c’est souvent elle qui a le dernier mot. On ne mesure jamais la longueur d’avance qu’elle peut avoir sur nous. Elle voit loin la vie, elle dessine notre chemin, que ça fasse du sens ou non à nos yeux. Il faut lui faire confiance, se laisser aller et suivre la voie qu’elle nous offre. Elle ne nous trompe pas. Quand on est prêt à la suivre, elle peut nous amener dans des endroits insoupconnés, des contrées inexplorées, des recoins encore inconnus de nous-même.

On avait trouvé une belle façon de terminer le voyage, on avait ouvert un nouveau volet à notre trip : on projetait de passer un an sur le bord de la mer dans le Maine. N’importe où. Là où on pouvait être à proximité de l’océan à pied. On ne voulait rien d’extravagant : une maisonnette à bon prix, assez de lits pour tous, un foyer où il ferait bon vivre. On avait trouvé. Exactement ce qu’on cherchait. C’était un petit coin de paradis aux accents de beach house. On en était tous fous. Les filles s’étaient donné le défi de fréquenter l’école du quartier et de faire leur année scolaire en anglais. Il y avait un studio de yoga en ville où je voulais m’inscrire. Dominic prévoyait organiser des retraites fermées. Bref, chacun de nous désirait s’impliquer à sa manière dans ce nouvel environnement. Tout était absolument parfait. Manquait que le petit grain de sel de la vie. Ennuyée de nous voir faire des plans contraires aux siens, la vie a manifesté haut et fort son désaccord : « Wô les Sicotte! Vous n’allez pas au bon endroit ! »

C’est donc par un beau vendredi qu’elle est venue sonner chez nous. Il faisait beau, il faisait chaud. On s’était rendu dans le Maine pour y passer le week-end de la Fête du Travail, visiter les nouvelles écoles des filles et finaliser les derniers détails avec les propriétaires. Devant se rencontrer en après-midi pour signer le bail, on leur envoie un texto pour confirmer le rendez-vous. On reçoit un appel quelques minutes plus tard : imbroglio monstre, la maison n’est plus à nous ! Ayant signé un contrat avec une agence de location immobilière il y a quelques années, les proprios croyaient ne plus être liés à elle mais les petits caractères au bas de la page stipulaient que l’entente se renouvellait à chaque date anniversaire. L’agence a donc trouvé des locataires pour la période hivernale et les proprios ne pouvaient qu’honorer le bail. KABOUM ! Tout a explosé ! Nos plans étaient partis en fumée ! De nature optimiste, on a fait des recherches pour trouver une autre maison qui rencontrait nos critères. Rien trouvé. On a réduit nos critères. Encore rien. Un peu déçu, on s’est dit que de rester au Québec serait peut-être la chose la plus simple. Mais la simplicité a semble-t-il ses limites : notre propre maison est louée pour la prochaine année, encore faut-il en trouver une autre. Même résultat : nos recherches ont été infructueuses. Capricieuse la vie !

Évidemment, le temps passe. L’école est commencée, tout est désorganisé. Ça ajoute de la pression. Je me dis : « Mais qu’est-ce qu’elle veut la vie à la fin ? » On donne dans toutes les directions mais on a l’impression de tourner en rond ! Je me sens comme une hippie qui tente de revenir dans le système ! Ça prend des certificats de naissance que je ne trouve plus. Je dois les commander. Des délais s’ajoutent les uns par-dessus les autres. Et puis je suis tombée sur cette pensée ce matin sur Facebook :

« When life seems stressful, close your eyes. Think of the waves of the beach crashing to the sandy shores. Envision the scent of the sea. Feel the salty moist on your face.

The fog may blur the path but the sun and winds will surely blow and melt them all away.
Don’t lose hope! Your destination is waiting for you. »

Ça m’a redonné de l’énergie et de l’espoir. Ça m’a fait redescendre de ma montagne de stress que j’avais doucement escaladé un peu plus chaque jour. J’ai pris une bonne respiration et je lui ai parlé dans le blanc des yeux : Ok la vie ! Je te suis. C’est déstabilisant à la puissance 10 mais je te suis ! »

J’ai repensé à une petite leçon que j’ai apprise tout au long de notre voyage : chaque fois que les choses ne se passaient pas comme prévue c’est que le meilleur était à venir. On a su faire confiance à chaque fois, et ça nous a bien servi.  C’est sûr qu’aller de l’avant en motorisé signifiait littéralement prendre le volant et se diriger ailleurs. Dans l’immédiat, c’est pas mal moins concret. On lance des perches un peu partout. On se sent hors de notre zone de confort et propulsé dans le vide, mais quelque chose finira bien par arriver. Faut faire confiance.

On va trouver un petit nid douillet pour retomber sur nos pattes. Les filles vont commencer l’école et rattraper la matière qu’elles auront manqué. Tout va rentrer dans l’ordre au temps et au moment voulu. Tout sera bien. Le pire qu’on peut faire c’est de suivre un chemin prédéterminé et d’éprouver de la culpabilité si on emprunte la route parallèle. Il n’y a pas qu’un chemin, il y a notre chemin. Celui qui nous mènera où on doit aller.

Notre voyage s’est terminé mais l’aventure, elle, n’a jamais cessée.

Anne-Marie 🙂

P.S. Si jamais vous entendez parler de maison dispo, pensez à nous ! 😉

6 Comments

  1. Marie Paule Coté sur septembre 16, 2018 à 4:41

    Comme c est vrai ma belle, nous aussi nous avions fait un achat et cela c est retourné en bourrique. Un rê ve que nous carressions pour nos vieux jours hihihi. Mais vous connaissez mon chum rien n est a son épreuve il va toujours de l avant . En passant la maison que vous recherchez peut elle être a Granby? Et comment voulez vous payer?sans indiscrétion.

    • Anne-Marie Côté sur septembre 17, 2018 à 2:19

      Allo Marie-Paule ! On est ouvert à tout, peu importe la ville. Il faut juste qu’il y ait assez de place pour 6 et un espace pour Dominic pour y travailler. Merci !! xx

  2. Karim Benkhmis sur septembre 17, 2018 à 4:22

    Quand les choses doivent se faire, elles se font !
    Je me met sur le coup, qui sait !!! Maybe, une belle trouvaille !
    Le meilleur est à venir, la vie est la meilleure des conteuses, ses histoires sont toujours pleines de surprises et d’enseignements !
    Vivre c’est subir, c’est s’éprouvé à travers elle et se découvrir des chemins jusque là Insoupçonnés !
    Toujours plus haut les Sicotte-Côté !!!

    • Anne-Marie Côté sur septembre 18, 2018 à 2:10

      Merci infiniment Karim pour ces belles paroles. Elles sont tombées au bon moment et m’ont donné de l’énergie ! Oui monsieur : toujours plus haut !! C’est par là qu’on s’en va !! 🙂

  3. Colette Ballard sur septembre 18, 2018 à 8:22

    Vous avez une belle attitude qui s’appelle lâchez prise et faire confiance à la vie mais de façon active..la vie nous réserve parfois des surprises auxquelles on ne s’attend pas ..peut-être que ce temps d’arrêt un peut obligé vous réservera de belles surprises ce n’est pas là pour rien ..je vous souhaite de trouver une maison là où vous serez heureux tout en continuant le beau chemin de vie qui s’annonce pour vous..Je crois qu’il n’y a pas de hasard juste le destin ,le notre .Bonne route et que la vie soit bonne pour vous.Colette

    • Anne-Marie Côté sur septembre 22, 2018 à 12:38

      Merci beaucoup ! Vos belles paroles sont du bonbon pour l’âme ! Elles aident à garder en tête l’essentiel et l’important dans des moments de grands changements. La vie est bien mystérieuse ces-temps-ci, j’ai bien hâte qu’elle se dévoile un peu. En attendant, on cherche, on fait confiance et on vit le moment présent. 🙂

Laissez un commentaire